Cours de niveau intermédiaire

Le(s) cours de niveau intermédiaire ci-dessous ont été offerts récemment par la SCÉ-SCN.

Vérifiez l’offre actuelle de cours de cette Section.

L’analyse suivant la collecte de données : de la rédaction de rapports à l’application des connaissances

Cet atelier d’une journée complète et de niveau intermédiaire présentera des théories et des techniques qui peuvent être appliquées afin que les clients puissent faire le meilleur usage possible des résultats d’évaluations. En allant au-delà de simplement réviser les techniques d’écriture, le contenu de l’atelier proposera des méthodes pour présenter des résultats d’évaluations d’une manière pertinente et utile pour les clients. De plus, l’atelier offrira des suggestions sur comment produire des conclusions fructueuses et favorables à la prise de décision. Nous utiliserons des études de cas et des travaux en petits groupes pour explorer les objectifs d’apprentissages suivants :

  1. rendre compte des résultats de manière détaillée et efficace (ce qui comprend : l’identification de son public, l’importance de l’éthique, des limites, des méthodes et des résultats);
  2. élaborer des conclusions et présenter des recommandations afin d’en tirer le meilleur usage possible (ce qui comprend : les questions de généralisabilité, l’importance politique des résultats, l’emphase sélective sur les conclusions et la prise en considération d’un point de vue politique pour les recommandations); et
  3. favoriser l’application des connaissances après la finalisation du rapport (les pratiques et stratégies émergentes dans l’application des connaissances en vue de la diffusion des résultats pour garantir le plus grand impact). Les participants y puiseront des idées nouvelles, des outils utiles et des techniques avec lesquelles ils pourront accroître l’utilisation des résultats d’évaluations pour prendre des décisions dans leurs propres contextes d’évaluation de programmes.

Animatrice :

Gail Barrington a plus de 25 ans d’expérience pratique à diriger son propre cabinet de conseils, Barrington Research Group, Inc. Elle a réalisé plus de 130 évaluations de programmes et d’études de recherche appliquées. En 2008, elle a remporté le prix de la Société canadienne d’évaluation pour sa contribution à l’évaluation au Canada. Depuis près de dix ans, Gail enseigne l’évaluation des programmes au niveau de la maîtrise à l’Université d’Athabasca et elle a récemment été nommée professeure adjointe à l’université de Michigan State où elle est en train de concevoir un cours sur les méthodes qualitatives et mixtes.

Elle a publié un livre récemment qui a été très bien reçu, Consulting Start-up and Management: A Guide for Evaluators and Applied Researchers, (SAGE, 2012). Gail continue de fournir de la formation et d’écrire sur ce sujet.

S’inscrire à un atelier de perfectionnement.

 

L’évaluation avec un budget restreint

Vous êtes-vous déjà trouvé dans une situation où vous deviez compléter une évaluation dans une courte période de temps ou avec un budget limité? Mais bien sûr que oui – nous nous sommes tous déjà retrouvés dans cette situation! Voulez-vous apprendre des méthodes pour surmonter les contraintes de temps et/ou d’argent? Au cours de cette session, « L’évaluation avec un budget restreint », nous présenterons des méthodes et des outils pratiques qui vous aideront à compléter des évaluations même lorsque vous n’avez que peu de temps, d’argent ou de ressources à votre disposition.

Animatrice :

Patricia Rogers est professeure en évaluation dans le secteur public (Public Sector Evaluation) au Royal Melbourne Institute of Technology (RMIT University), en Australie, oeuvrant dans le domaine depuis plus de 25 ans. Madame Rogers a reçu de nombreux prix de la Australasian Evaluation Society et de la American Evaluation Association pour ses contributions théoriques et pratiques au domaine de l’évaluation, en plus d’être co-auteure du livre Purposeful Program Theory: Effective Use of Theories.

S’inscrire à un atelier de perfectionnement.

 

Des données qualitatives pour des évaluations réalistes

Plutôt que de se demander si un programme ou une intervention « fonctionne », l’évaluation réaliste propose des méthodes qui permettent de déterminer « ce qui fonctionne, pour qui, dans quels contextes, à quels égards et comment ». Ce type d’évaluation axée sur la théorie est un outil particulièrement important lors de la phase de développement de nouvelles interventions; lorsque certaines interventions sont prises en considération pour les répliquer ou pour en étendre la portée; lorsque les programmes sont complexes ou sont introduits dans des milieux complexes; ou lorsque les évaluations précédentes de programmes ont manifesté des résultats mitigés.

Les données qualitatives sont utilisées de multiples façons dans les évaluations réalistes. Au cours de cet atelier nous décrirons les façons dont elles sont utilisées et les exigences particulières qui sont sous-entendues dans une approche réaliste en ce qui concerne la nature des informations à recueillir et à analyser. Les entrevues réalistes visent à être de nature itérative et ont comme but l’édification des théories et / ou l’analyse théorique. Nous explorerons les implications à l’égard de la conception d’évaluations, des demandes d’évaluation éthique de la recherche, des techniques d’entrevue et de la gestion des données.

Cet atelier d’une journée portera principalement sur les données qualitatives (p. ex. entrevues et groupes de discussion, éléments qualitatifs d’enquêtes). L’atelier comportera :

  • une brève introduction à l’évaluation réaliste, ses principales hypothèses et les conséquences dérivant de l’emploi d’une approche réaliste envers la conception, la mise en œuvre et l’analyse d’évaluations;
  • une introduction aux entrevues réalistes, y compris le concept de Pawson et Tilley des « entrevues apprenant enseignant ». Les exercices comprendront la rédaction et l’essai de questions d’entrevue qui seraient utilisées à différentes fins dans des entrevues réalistes;
  • une introduction aux enjeux et aux compétences en matière d’analyses qualitatives réalistes, avec la possibilité de mettre en pratique des analyses qualitatives réalistes;
  • l’examen de questions pratiques qui doivent être gérées dans l’utilisation de données qualitatives au sein d’évaluations réalistes – la conception d’échantillons, l’éthique de la recherche, la gestion des données et des questions supplémentaires qui seront soulevées par les participants.

Cet atelier est offert en anglais seulement.

Animatrices :

Dr Gill Westhorp est une spécialiste des méthodologies de recherche et d’évaluation réalistes. Elle est directrice d’une petite société de conseils en matière de recherche et d’évaluation qui se spécialise dans les approches réalistes. Elle est aussi professeure chargée de recherche à l’Université Charles Darwin à Darwin, en Australie et associée à l’Université RMIT à Melbourne, en Australie. De plus, elle est membre de l’équipe de base pour les projets RAMSÈS I (normes pour la synthèse réaliste) et Ramsès II (normes pour l’évaluation réaliste), tous deux basés à Oxford, au Royaume-Uni, ainsi que membre du comité consultatif du Centre for the Advancement of Realist Evaluation and Synthesis (CARES), à l’Université de Liverpool, au Royaume-Uni. Elle entreprend et dirige des projets d’évaluation et de synthèse réalistes et offre de la formation portant sur les approches réalistes. Son travail actuel comporte, en grande partie, du travail consultatif en tant que spécialiste de la méthodologie au sein de projets de recherche et d’évaluation. Elle utilise des approches réalistes depuis 2002 et a complété son doctorat sous la supervision du professeur Nick Tilley, co-auteur de l’ouvrage fondateur Realistic Evaluation.

Kim Grey est une gestionnaire et conseillère en matière d’évaluations internes pour le gouvernement australien. Elle a 20 ans d’expérience dans la conception et la réalisation d’évaluations complexes qui mettent en cause des approches participative, par l’incidence et réaliste. Ces évaluations ont compris l’examen de programmes autochtones et réguliers, pangouvernementaux ainsi que communautaires portant sur la sécurité, le bien-être, les emplois et l’éducation. Ces projets ont souvent donné lieu à l’embranchement de la pratique de la recherche transculturelle et de la théorie des sciences sociales, à l’appui de l’élaboration des politiques et du processus de prise de décision. Au cours des dernières années, Kim a étudié les avantages d’une approche réaliste envers la recherche locale et les programmes intersectoriels adaptés au milieu, pour générer du savoir transférable qui peut être appliqué et réappliqué dans des zones sensibles. Kim est chargée de recherche à l’Université Charles Darwin et effectue actuellement des recherches de troisième cycle relatives à l’utilisation de la théorie substantive dans la pratique de l’évaluation pour fins d’obtention d’une maîtrise en évaluation avec le Centre for Program Evaluation à l’Université de Melbourne.

S’inscrire à un atelier de perfectionnement.